Lythops, Conseil en pédagogie
lythops18@gmail.com

NOUS SOMMES

Marie Leblanc, Orthophoniste depuis 15 ans. Je suis des enfants de primaire et des collégiens, et je me suis rendu compte qu’en fait l’orthophonie les aide dans certains domaines mais pas pour tout. Et puis il y a quelque chose qui m’interpelle : c’est que certains de mes patients ont de grosses difficultés mais réussissent en classe. Alors que d’autres n’ont que des difficultés légères mais sont en échec à l’école. C’est une catastrophe alors qu’ils sont normalement intelligents. Ça m’a intriguée. Je me suis dit quand même ce n’est pas logique, ce n’est pas normal : il n’y a pas de raison d’être en échec dès la 6ème pour ces enfants-là. Y a forcément un truc à faire.

Et puis il y a aussi des parents qui me parlent de leur manière de travailler avec leur enfant. Moi-même parent, j’ai essayé des trucs et j’ai observé que parfois ça marchait et parfois pas du tout. Alors là, je peux vous dire que ça m’a laissée perplexe.

Du coup je me suis dit il y a un truc qui ne colle pas ou que je ne fais pas bien. Il faut que je me renseigne. Et de là j’en suis arrivée à la gestion mentale qui a pour principe (très globalement bien sur) de permettre à chacun de découvrir comment il fait très précisément pour être performant dans un domaine d’apprentissage et ensuite d’arriver à le reproduire quand il en a besoin.

J’ai fait des formations, j’ai pratiqué, j’ai eu mon « diplôme » de conseiller en pédagogie. Et maintenant je me dis que tout le monde devrait connaître ça.

 

Guilaine Artaud,  Informaticienne de formation, je me suis reconvertie dans la formation professionnelle.

Au départ, je me suis intéressée aux sciences cognitives, à la parentalité positive, à la gestion mentale, au mind-mapping et à la gestion des potentiels pour mes garçons. J’ai 2 fils qui n’avaient pas de difficultés particulières mais que ce soit pour leurs apprentissages ou pour leur éducation c’était compliqué. J’ai fait comme tout le monde : je suis allée voir les psys, on m’a donné plein de conseils (les professeurs, les parents…) mais ça ne marchait pas, j’étais perdue dans tout cela et je perdais confiance dans ma capacité à élever mes enfants.

Je me suis renseignée et je me suis dit qu’il valait mieux que j’aille directement à la source des informations.  Finalement j’ai fait des formations dans les domaines qui me paraissaient le mieux répondre à mes besoins. Et c’est comme cela que j’en suis arrivée là. Et maintenant j’accompagne des enfants de primaire, des adolescents et même des adultes dans leurs apprentissages depuis 12 ans maintenant.